Méthodes et démarches, en bref

flûte en os méthode manufacture

Flûte manufacturée en os de chèvre (tibias)

flûte en os méthode 3D filaire

Impression 3D filaire

Expérimenter les méthodes : leur potentiel et leurs limites

Voici le corps principal de mon travail de recherche. C’est, dans le jargon universitaire, ce que l’on appelle l’Épistémologie.

L’épistémologie (d’après le CNRTL) : étude critique des postulats, conclusions et méthodes d’une science particulière afin d’en déterminer l’origine logique, la valeur et la portée scientifique et philosophique.

Aucune méthode n’est exclue, si ce n’est celles que je ne connais pas encore. Chacune est testée par un processus d’expérimentation méthodique impliquant :

 

  • Un cahier des charges précis
  • Le coût humain, temporel et financier
  • Les implications matérielles, conceptuelles et interprétatives
  • Une estimation de l’exactitude avec, lorsque c’est possible, une analyse statistique

 

 

 

 

 

 

 

flûte en os méthode 3D résine

Impression 3D échouée (résine)

Technologie et tradition

Parmi toutes les méthodes explorées figurent deux pôles qui, bien qu’apparemment antinomiques, se révèlent tout à fait complémentaires : l’industrie de l’imagerie 3D et le savoir-faire artisanal.

Tandis que la première permet une inspection précise à la fois intérieure et extérieure de la flûte, le second permet une compréhension empirique et logique des phénomènes acoustiques, et met en place une certaine forme d’expertise. Ces deux méthodes peuvent s’adjoindre ou se pratiquer séparément, demeurant ainsi adaptables aux différentes situations qui peuvent se présenter lors d’une étude archéologique (hauteur des financements, fragilité des vestiges archéologiques, mesures de conservation, etc.).

Porter le meilleur de ces méthodes sur le terrain

flûte en os méthode 3D modélisation

Sculpture 3D du pied de la flûte

Tout ce travail ne signifierait pas grand chose s’il n’était pas applicable en situation, c’est pourquoi les différentes méthodes expérimentées sont ensuite mises en perspectives avec l’étude des objets en laboratoire ou en musée, prenant en compte :

  • La possibilité ou non de faire sortir l’objet du musée (nécessaire pour un scanner 3D)
  • La fragilité et le degré de conservation du vestige (influençant les gestes de manipulation et de mesure lors de l’étude)
  • Le temps de disponibilité du vestige pour les relevés
  • Le temps disponible pour réaliser l’étude interprétative de ses sonorités

Suivez-nous sur :