Un rêve en marche

Même si tout est parti d’expériences menées sur un rat paraplégique, c’est bien l’humain qui est au cœur des préoccupations de Jean-Baptiste Mignardot.

Ce chercheur, spécialiste des propriétés neuromusculaires et biomécaniques impliquées dans le contrôle de la posture et de la marche, a commencé ses études en sciences du sport à l’Université de Bourgogne. Etudiant, encore peu convaincu par le cursus qu’il avait choisi, Jean-Baptiste Mignardot s’est retrouvé par hasard dans un amphi à écouter la thèse de Grégoire Courtine (l’homme qui a fait remarcher les rats). Un déclic ! Il entend également l’émission de vulgarisation « Le Microscope et la blouse » de Radio Dijon Campus, et les mots qu’il entend finissent de le convaincre : le STAPS peut mener à la recherche… et aider les gens. « J’ai découvert le plaisir des études, ce n’était plus une contrainte » confie le scientifique.

Jean-Baptiste Mignardot

Jean-Baptiste Mignardot et Camille Le Goff dans leur salle d’expérience (issu de l’épisode 4 du webdocumentaire « Rewalk » retraçant l’aventure de ces chercheurs)

A force de travail, Jean-Baptiste Mignardot a rejoint l’équipe de Grégoire Courtine. Aujourd’hui il utilise la stimulation électrique comme outil pour réveiller des muscles et des influx nerveux. Plus qu’une aventure scientifique, il vit une expérience humaine au quotidien. L’objectif ? Améliorer la qualité de vie des personnes en fauteuil roulant ou leur permettre de remarcher. Rêve ou réalité, à vous de lui demander !

Jean-Baptiste Mignardot est chercheur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL, Suisse), au sein de l’unité du Professeur Grégoire Courtine,

 

Nadège Hubert

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur :