2019

Quelques uns des chercheurs (parmi les 50 à 70!) participant à la Nuit 2019

L’invité 2019 : Grégoire Courtine

Grégoire et David, patient s’entraînant pour remarcher…

Grégoire Courtine, chercheur en neurosciences à Lausanne et ancien doctorant dijonnais, a réalisé en 2017 un exploit avec son équipe : faire remarcher des personnes atteintes de lésions de la moelle épinière.
Découvrez l’histoire de cette incroyable aventure humaine et scientifique à l’occasion de deux conférences :
A 15h – amphithéâtre Galilée : conférence de Grégoire Courtine.
Gratuit sur inscription à cette adresse : sophie.fallot@u-bourgogne.fr
A 22h30 – amphithéâtre Roupnel : projection de large extraits du film « Remarcher » de Jean-François Desmarchelier, sur l’aventure de Grégoire Courtine et son patient David M’Zee, entrecoupé et suivi d’échanges avec Grégoire Courtine et Jean-François Desmarchelier.


Gratuit, sur inscription sur place.
Deux chercheurs et une physiothérapeute de l’équipe de Lausanne seront également présents à la Maison des Sciences de l’Homme de 18h à 22h30 pour raconter leurs recherches dans une salle spécialement dédiée à leurs investigations…

En attendant, découvrez deux chroniques « Mes histoires de Chercheurs » de L. Maillot. L’une « Ils remarchent » retrace une histoire personnelle de Grégoire, l’autre « Jef et remarcher » vous présente les atouts du film « Remarcher » qui sera présenté vendredi à 22h30…

Lien vers la chronique

Découvrez aussi l’histoire de Grégoire Courtine sur le site du journal Le Monde.

 

 

 

L’ADN des parchemins médiévaux

L’enquête a commencé aux archives de la ville de Dijon. Martine Clouzot, historienne, a pour quotidien de se rendre dans ce bâtiment. Elle y scrute d’anciens parchemins et en analyse les textes. Au fil des enquêtes, elle n’a pu que remarquer la diversité de ce support d’écriture particulier. Issus de la transformation de peaux animales, les parchemins ont des apparences différentes en fonction de l’espèce dont ils sont fait. Ceci est bien connu des historiens, mais Martine veut mener son investigation plus loin et contacte un généticien ayant déjà fait des analyses ADN sur des parchemins.

C’est lors d’une présentation durant une réunion que Martine fait la connaissance de Éric Bourillot et Éric Lesniewska, chercheurs en nanosciences.  Ces derniers manifestent un intérêt pour ces travaux : ils développent justement des méthodes d’analyses qui pourraient aider Martine. Mais, ces parchemins constituent des défis inédits pour les chercheurs en nanosciences car ils doivent concevoir de nouveaux appareils. L’enjeu est de taille mais on ne doute plus qu’il éclairera les investigations de Martine. L’infiniment petit ouvre une nouvelle voie vers le passé.

Parchemin en vélin (peau de veau mort-né) ©Bnf

Le 27/09, sous la tente « Scène de Recherche » de Martine, Éric et Éric, autour d’une peau de « chèvre–parchemin » accompagnée de microscopes futuristes, venez découvrir comment des disciplines si différentes s’associent et s’enrichissent mutuellement !

Marion Foucher

Enquête sous fleuve…

Signalement : Femme, localisation complexe : Université de Bourgogne à Dijon, Iéna ou Mayence en Allemagne… et surtout bords et fonds des fleuves…

Marion aurait tout d’abord jeté son dévolu sur la pierre médiévale, enquêtant sur l’architecture et le bâti. Depuis, elle tente de démêler un écheveau d’indices sur les formes de commerce dans les sociétés anciennes, notamment autour d’un nœud dans les réseaux d’échanges : les ports fluviaux. Bien des surprises et beaucoup de pierres destinées à l’architecture, les tombes ou la meunerie sont passées par les fleuves. Dernièrement, avec ses collègues, Marion a fouillé une épave de bateau dans le lit de la Loire. Naufragé au 15esiècle, ce navire à fond plat, transporteur de pierres, ouvre une porte nouvelle dans la compréhension du passé. Marion vous laissera peut-être regarder par le trou de la serrure !

 

Suivez-nous sur :