Notre Projet

Notre projet éducatif s’inspire d’un travail de réflexion globale autour de l’accueil de vos enfants produit et validé par des experts de la petite enfance : la Charte nationale pour l’accueil du jeune enfant de Sylviane Giampino.

Notre projet éducatif repose sur 4 piliers, eux-mêmes soutenus par une même base

 

I : UNE PLACE À PART ENTIÈRE POUR MES PARENTS

Vers une coéducation

« Plus l’enfant est petit, plus il est indispensable d’établir une continuité et une cohérence entre ce qu’il vit à la maison et ce qu’il vit à la crèche, autant au niveau des soins que sur le plan éducatif. Un enfant se développe mieux si on évite les ruptures et les discontinuités dans son parcours, notamment avec la culture du milieu familial. » (Ben Soussan, 2010)

Sans volonté d’ingérence, notre ambition est de créer un espace d’enrichissement réciproque, dans une approche non normative et prévenante. Loin de percevoir la relation parents/professionnels comme une relation experts/profanes, nous envisageons les familles comme des alliés actifs du projet éducatif.

« La famille est le port d’attache de l’enfant, mais il doit pouvoir lever l’ancre. » (Giampino, 2007)

II. UN CADRE SAIN, PROPICE À MON ÉVEIL ET QUI PERMET D’EXPRIMER LIBREMENT MES CAPACITÉS

L’éducation active

L’éducation active est une pédagogie qui considère l’enfant comme pouvant grandir par lui-même, grâce à des compétences innées.

L’éducateur l’accompagne dans sa croissance en lui apportant la sécurité et un environnement assez riche pour nourrir sa curiosité et l’aider à organiser ses découvertes. L’enfant vit dans une ambiance de liberté tout en apprenant à vivre en communauté.

L’ambition de cette pédagogie vise à former de futurs adultes autonomes, aptes à se prendre en charge ; des adultes suffisamment épanouis et confiants en leurs propres capacités pour, à leur tour, prendre une part active à la société dans laquelle ils vivent.

« Aide-moi à faire seul »

Cette phrase empruntée à Maria Montessori reprend l’idée que le professionnel est un guide pour l’enfant. Il ne fait que l’accompagner dans ses explorations et découvertes. « Accompagner quelqu’un, c’est se placer, ni devant, ni derrière, ni à sa place. C’est être à côté. » (Templier, 1958). Pour ce faire, les professionnels doivent être attentifs à ce que Maria Montessori appelle des « périodes sensibles »: périodes durant lesquelles les acquisitions se font sans effort et naturellement. Le travail de l’éducateur est alors de les repérer par l’observation et de favoriser ce développement naturel en proposant un environnement et du matériel adaptés.

Nous nous inspirons ainsi de plusieurs courants pédagogiques pour les mettre en œuvre à notre façon : de la pédagogie active à l’itinérance ludique en passant par la motricité libre, l’autonomie de l’enfant et son propre rythme sont respectés tout au long de la journée.

III. UN ACCOMPAGNEMENT BIENVEILLANT QUI ME PERMET DE DÉCOUVRIR ET APPRENDRE EN TOUTE CONFIANCE

L’éducation positive

L’éducation positive est une approche éducative basée sur de récentes découvertes scientifiques comme les neurosciences affectives et l’épigénétique qui viennent valider un concept simple : pour se développer harmonieusement, l’enfant a besoin de bienveillance, d’empathie, de confiance et de respect !

« Et si élever les enfants dans la douceur, dans l’empathie rendait les humains plus pacifistes et plus aimants, et transformait le monde ? » (Gueguen, 2015)

IV. PROFITER DE L’EXTÉRIEUR ET M’OUVRIR SUR LE MONDE

Un contact réel avec la nature

Grâce à son parc arboré de 1 500 m², à La P’tite Fac, les enfants les plus grands sortent au moins une fois par jour et par tous les temps, même si cela n’est pas longtemps. Les enfants peuvent également jardiner notre propre potager !

Un multi-accueil multiculturel

En janvier 2021, sur 63 enfants accueillis, 42 ont au moins un de leurs parents originaires d’un pays autre que la France. Cela représente 2 enfants sur 3 qui sont imprégnés d’une autre culture avec bien souvent une langue étrangère parlée à la maison. 33 nationalités différentes se croisent ainsi au multi-accueil.

Une richesse supplémentaire pour notre structure qui fait se rencontrer les différences à travers plusieurs échanges interculturels.

Les liens intergénérationnels

La P’tite Fac a signé une convention avec l’association « Lire et Faire Lire » qui promeut l’ouverture à la lecture et la solidarité intergénérationnelle. Cette association forme des bénévoles de plus de 50 ans à l’animation de séances de lecture à haute voix pour de très jeunes enfants dans une démarche axée sur le plaisir de lire et la rencontre entre les générations.

Ainsi, une fois par semaine une « mamie conteuse » vient lire des histoires aux enfants les plus grands, par petits groupes de 5 ou 6 enfants.

Le handicap

La loi du 11 février 2005, relative à l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées, définit l’accessibilité aux crèches de ces derniers comme un droit fondamental.

À La P’tite Fac nous mettons tout en œuvre pour garantir un accueil inclusif pour tous les enfants quel que soit leur handicap. Ainsi, en étroite collaboration avec les parents et le médecin de la structure, un Projet d’Accueil Individualisé est établi afin de répondre aux besoins spécifiques de l’enfant en situation de handicap.

Une collaboration avec des professionnels externes est également favorisée (éducateur spécialisé, kinésithérapeute, psychomotricien, etc.).

Des formations sur le thème de l’accueil de l’enfant en situation de handicap sont également proposées aux professionnels chaque année.

 

Les piliers de notre projet reposent sur une base primordiale : des professionnels de la petite enfance formés, inclus et actifs dans sa mise en œuvre

Une attention particulière est portée aux conditions de travail des salariés pour les rendre physiquement et psychiquement les plus confortables possibles.

Des formations sont proposées chaque année à l’ensemble des professionnels, qu’il s’agisse de formations individuelles ou collectives.

Des parcours de professionnalisation et d’évolution sont également proposés aux professionnels à travers la formation continue et la VAE (validation des acquis de l’expérience).

Enfin, des réunions régulières permettent d’échanger sur les pratiques professionnelles et de définir un socle commun de bonnes pratiques éducatives.

 

Suivez-nous sur :