Émission TV du vendredi 27 novembre 2020

Podcast de l’émission diffusée en direct vendredi 27 novembre 2020, de 20 h 30 à 22 h dans le cadre de la Nuit européenne des Chercheurs à Dijon. Dans cette émission, 7 chercheur·e·s dijonnais·e·s ont été interviewé·e·s sur le campus dijonnais, sur un plateau TV créé pour l’occasion.

Les invité·e·s étaient :

  • Emmanuelle Vennin, géologue au laboratoire Biogéosciences. Elle étudie des roches sédimentaires capables de piéger de l’arsenic
  • Frédéric Debeaufort, chercheur en sciences des aliments au laboratoire « Procédés Alimentaires et Microbiologiques ». Ses travaux portent sur des bio-emballages, fabriqués – par exemple – avec des « déchets » de crevettes…
  • Pierre Deffontaines, sociologue au « Centre d’Économie et de Sociologie appliquées à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux ». Il est allé étudier le monde du travail dans les campagnes ukrainiennes.
  • Alexandra Laurent, professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’université de Bourgogne et psychologue clinicienne en réanimation chirurgicale au CHU de Dijon. Elle réalise une étude sur l’impact psychologique de la crise sanitaire actuelle sur les professionnels de réanimation en France.
  • Corinne Leloup, biologiste au Centre des Sciences du Goût et de l’alimentation. Elle étudie des neurones du cerveau qui détectent le sucre dans notre corps et leur lien avec le développement précoce du diabète.
  • Pierre-Emmanuel Courty, biologiste à INRAe. Spécialiste des mycorhizes, il vient de réaliser une enquête sur la truffe de Bourgogne…
  • Olivier Jacquet, historien au Centre Georges Chevrier et à l’Institut Universitaire de la Vigne et du Vin. Spécialisé dans l’histoire et la sociologie de la vigne et du vin, il va chambouler nos croyances en fin d’émission !

Pendant le direct, le public pouvait poser des questions aux chercheur·e·s via le tchat YouTube.

 

Cliquez sur la photo pour retrouver le replay de l’émission !

Visuel de la Nuit 2020

Une soirée animée par la Mission Culture Scientifique de l’université de Bourgogne, filmée par le service Pédagogie Numérique & Ressources de l’uB. Réalisation : ATAOUK.

Webdocumentaire 2020

Retrouvez grâce à ce webdocumentaire tout l’esprit de la Nuit des chercheur·e·s. Baladez-vous dans les dispositifs de la nuit (la fabrique des secrets, le secret derrière la porte ou la gare des secrets) à la rencontre de 12 chercheur·e·s !

 

Cliquez sur la photo pour retrouver le webdocumentaire !

Speed Searching en ligne : 8 min, 1 chercheur·e

La Nuit Européenne des chercheur·e·s se réinvente. Pour l’édition 2020, inscrivez-vous pour une rencontre avec des chercheur·e·s de toute la France, depuis chez vous, en toute sécurité, et sans masques !

Un petit groupe, un chercheur, un objet et 8 min pour discuter ! Au bout de 8 min, on change de chercheurs et on en découvre un autre, et une autre discipline. Petit détail : c’est la surprise permanente ! Vous ne pourrez choisir quel chercheur vous aurez face à vous.

Comment ça marche ? Il s’agit d’un format intimiste, avec un nombre de places limité. Ainsi, pour être sûr de pouvoir participer, nous vous proposons de vous inscrire dès à présent pour un ou plusieurs des créneaux horaires possibles : 18 h, 19 h, 20 h, 21 h et 22 h. Vous rencontrerez successivement trois chercheurs durant ce créneau.

Pour information, cet évènement virtuel aura lieu sur le logiciel Zoom. Vous n’êtes pas obligés de télécharger Zoom pour participer. Une fois inscrit·e·s, nous vous indiquerons comment vous connecter quelques jours avant l’évènement.

Trois objets de recherche de Julien Garry (Historien)

Julien Garry est jeune chercheur en histoire contemporaine au laboratoire Georges Chevrier. Il étudie l’histoire des façons de combattre au corps à corps dans l’armée Française, aux XIXe et XXe s. Il essaye de découvrir quelles techniques d’escrime étaient utilisées pour combattre, avec des armes blanches.

Capsule extraite du webdocumentaire de la Nuit des Chercheurs à Dijon 2020.

 

La Nuit 2020 : vendredi 27 novembre à Dijon

La Nuit Européenne des Chercheur.es 2020 proposait trois activités (cf. programme) autour de notre thème « Petits secrets Nocturnes ».

En 2021, deux d’entre-elles sont encore en ligne ici:

  • un webdocumentaire vous permettant une balade dans les dispositifs de la nuit à la rencontre de 12 chercheurs, disponible ici,
  • une émission TV, en direct via ce lien, de 20h30 à 21h45, le vendredi 27, avec des chercheurs de la nuit, dans un décors étonnant et répondant à vos questions, sur la chaine YouTube de la Nuit Européenne des Chercheurs à Dijon.
  • La troisième activité : un « speed searching » national (pour dialoguer avec trois chercheurs surprise lors de séquences de 8 minutes chrono), sera renouvelée fin septembre 2021.

Visuel de la Nuit 2020

Programme 2020

La Nuit Européenne des Chercheur.e.s 2020 propose trois activités « on line » autour de notre thème « Petits secrets Nocturnes »:

  • un webdocumentaire vous permettant une balade dans les dispositifs de la nuit (la fabrique des secrets, le secret derrière la porte ou la gare des secrets) à la rencontre de 12 chercheurs, en ligne,

 

 

  • Un « speed searching » national,  pour dialoguer avec trois chercheurs surprise lors de séquences de 8 minutes chrono dans des petits salons virtuels. Pour être sûr de pouvoir participer, nous vous proposons de vous inscrire dès à présent ICI ! pour un ou plusieurs des créneaux horaires possibles : 18h, 19h, 20h, 21h et 22h. (on vous conseille 18h, 19h et 22h puisque de 20h30 à 21h45, nous proposons notre émission TV cf. ci-dessous),

Les chercheur·e·s invité·e·s de l’émission TV 2020

  • Emmanuelle Vennin, géologue au laboratoire Biogéosciences

Emmanuelle étudie des roches sédimentaires capables de piéger de l’arsenic.


(Vidéo réalisée pour le webdocumentaire de notre Nuit des Chercheur·e·s).

 

  • Frédéric Debeaufort, chercheur en sciences des aliments au laboratoire « Procédés Alimentaires et Microbiologiques »

Ses travaux portent sur des bio-emballages, fabriqués – par exemple – avec des “déchets” de crevettes…

 

  • Pierre Deffontaines, sociologue au « Centre d’Economie et de Sociologie appliquées à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux »

Pierre est allé étudier le monde du travail dans les campagnes ukrainiennes.

 

  • Alexandra Laurent, professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’université de Bourgogne et psychologue clinicienne en réanimation chirurgicale au CHU de Dijon

Elle réalise une étude sur l’impact psychologique de la crise sanitaire actuelle sur les professionnels de réanimation en France.

 

  • Corinne Leloup, biologiste au Centre des Sciences du Goût et de l’alimentation

Elle étudie des neurones du cerveau qui détectent le sucre dans notre corps et leur lien avec le développement précoce du diabète.

 

  • Pierre-Emmanuel Courty, biologiste à INRAe

Spécialiste des mycorhizes, il vient de réaliser une enquête sur la truffe de Bourgogne…

 

  • Olivier Jacquet, historien au Centre Georges Chevrier et à l’Institut Universitaire de la Vigne et du Vin

Spécialisé dans l’histoire et la sociologie de la vigne et du vin, il va chambouler nos croyances en fin d’émission !

Chercheur·e·s dijonnais·e·s participant au speed-searching de la Nuit 2020

  • Kaat Philippe, doctorante en Psychologie au Centre des Sciences du Goût et de l’Alimentation, à Dijon.

Kaat étudie les liens entre les comportements alimentaires des jeunes enfants et les pratiques éducatives des parents en matière d’alimentation. Elle a notamment réalisé une étude sur l’alimentation des jeunes enfants pendant le confinement du printemps dernier.

  • Clémentine Durand-Bessart, doctorante en Ecologie au laboratoire Biogéosciences, à l’université de Bourgogne

Clémentine cherche à découvrir quels animaux mangent quels fruits dans les forêts tropicales africaines. Pour cela, elle a compilé beaucoup d’études scientifiques déjà existantes et elle est partie au Gabon interroger les populations qui vivent sur place.

  • Lucile Girard, jeune chercheuse en Sociologie au Centre Georges Chevrier de l’université de Bourgogne

Lucile étudie les parcours professionnels infirmiers, en réalisant des entretiens. Son but est de comprendre comment certaines personnes s’engagent dans la profession infirmière.

  • Morgane Dubied, doctorante en Paléontologie au laboratoire Biogéosciences, à l’université de Bourgogne

Morgane s’intéresse à la forme des crânes de rongeurs, pour découvrir si toutes les espèces de rongeurs ont la même forme de crâne à la naissance. Elle essaye aussi de comprendre la manière dont les rongeurs obtiennent leur crâne adulte.

  • Cécile Jacques, doctorante en Agroécologie à l’INRAe de Dijon

Cécile travaille dans une équipe spécialisée dans la culture du pois. Elle compare les stratégies que développe cette plante si elle manque d’eau au début ou à la fin de sa croissance.

  • Giulia Lelli, doctorante en Philosophie à l’université de Lyon et chargée d’enseignement à l’université de Bourgogne.

Giulia s’intéresse à la manière dont les morts continuent d’exister dans nos mémoires et à travers les productions qu’ils ont laissé. Pour cela, elle réalise notamment des entretiens et analyse des journaux de deuil.

  • Karine Montabord, doctorante en Histoire de l’Art à l’université de Bourgogne

Karine cherche à déterminer le rôle accordé à la danse dans le mouvement intellectuel et artistique Dada, au début du XXème siècle. Elle étudie notamment comment la présence de danseur·euse·s et chorégraphes dans les cercles d’artistes a pu influencer la production artistique des dadaïstes.

  • Lenny Boquet, doctorant en Archéologie à l’université d’Amiens, basé à Dijon

A partir d’analyses d’os humains découverts sur des sites de fouilles archéologiques, Lenny compare l’état de santé des personnes qui ont vécu en ville ou à la campagne il y a 400 ans.

  • Théo Accogli, doctorant en Biologie-santé dans le laboratoire INSERM « Lipides – Nutrition – Cancer » à Dijon

Théo cherche à renforcer notre système immunitaire pour mieux détecter les cancers : en aidant certaines cellules à repérer les cellules cancéreuses cachées dans notre corps, cela pourrait en alerter d’autres pour détruire le cancer.

Suivez-nous sur :