Retour en vidéo sur la nuit 2018

Retour sur l’édition 2018 de la Nuit européenne des Chercheurs sur le campus dijonnais. Une soirée organisée par la Mission Culture Scientifique de l’université de Bourgogne. Le thème national de cette année-là était « 1001 histoires ».

Histoire de… chercheur·e-mystère !

Des histoires de recherche dans le noir ?

C’est ce que proposera le chercheur ou la chercheuse-mystère,  en accueillant un petit groupe de visiteurs pour l’emmener au coeur de ses aventures scientifiques !

 

Retrouvez le chercheur ou la chercheuse-mystère vendredi 28 septembre à l’atheneum, de 18 h à 22h. 

Histoire (en 180 secondes de) … Mohammed Amine, biologiste

Mohammed Amine Bendahou, jeune chercheur en cancérologie, à Rabat  va relever un défi spécialement pour la Nuit Européenne des Chercheurs à Dijon : raconter, en 3 minutes « top chrono », l’histoire de sa thèse !  Biologiste Mohammed Amine Bendahou travaille sur la « caractérisation moléculaire des gliomes chez le patient marocain adulte et l’identification des gènes impliqués dans l’astrocytome grade II et III et l’oligodendrogliome grade II et III ». Incompréhensible direz-vous ? Attendez !

Mohammed Amine relèvera un formidable défi : raconter en 3 minutes « top chrono » et avec une seule image l’histoire de sa thèse, pour la rendre accessible à tous ! Il a en effet participé au concours international Ma Thèse en 180 secondes et a été finaliste de ce « The Voice » scientifique au Maroc en juin 2018.

Il relèvera le gant à nouveau le 28 septembre spécialement pour la Nuit Européenne des Chercheurs à Dijon.
Alors cap ou pas cap’ ? Venez tenir le chrono !

Rendez-vous vendredi 28 septembre dans l’amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) à 20h ou à 21h30.

 

Histoire de… Angeline, généticienne

Découvrir la cause d’une maladie, c’est pouvoir apporter un début de réponse aux familles malades, mais aussi mieux comprendre le fonctionnement de l’organisme, et parfois mieux le soigner » Ainsi débute l’histoire d’Ange-Line Bruel, jeune chercheuse en génétique. Son équipe de recherche,  composée de chercheurs et de médecins, enquête sur l’origine de maladies qui provoquent une ou plusieurs malformations chez le bébé : les maladies génétiques.

L’objectif d’Ange-Line est d’identifier la cause responsable de ces maladies. L’être humain est constitué de milliards de cellules invisibles à l’oeil nu. Dans chaque cellule se trouve l’ADN, une sorte de « dictionnaire » qui décrit chaque partie de la cellule. Chaque « mot », appelé un gène, permet de fabriquer une petite partie du corps humain.

Parfois, il apparait une « faute d’orthographe » dans le gène. Le mot devient incorrect, et le gène est alors abîmé : c’est une mutation. Chaque individu possède des centaines de mutations, mais, parfois elles peuvent être responsables de maladies : c’est ce qu’on appelle les maladies génétiques.

Comment trouve-t-on le gène responsable de certaines maladies ? Quels sont les difficultés ou encore les espoirs ? Venez en discuter avec Ange-Line et ses collègues !

Histoire de…Thomas, paléontologiste et macroécologiste

Au coeur de l’hiver dijonnais, Thomas Saucède se balade en tee-shirt ! On peut imaginer qu’il a développé une grande résistance au froid en se rendant régulièrement en Antarctique et aux îles Kerguelen. C’est en effet « l’homme venu du froid ». Il a conduit un avion… et il est même resté coincé une semaine dans sa base quand celui-ci est tombé en panne. Il ne transporte pas du courrier, car c’était déjà pris par Antoine de Saint-Exupéry. Mais alors, que va-t-il « faire dans cette galère » polaire ? Chasser les ours ? Construire des igloos ? Pas du tout ! Thomas étudie les oursins et ses « 1001 histoires de recherche » ne manquent pas… de piquant !

À environ 12400 kilomètres de la France métropolitaine et à 3400 km de la Réunion se trouvent les îles Kerguelen (jadis surnommés les « Iles de la Désolation »…). C’est là-bas que Thomas a établi son « labo à ciel ouvert ». Ici aussi, dans ces terres et mers australes que « les effets du changement climatique sont étudiés grâce à un cadre scientifique permettant le suivi des écosystèmes » indique Thomas.

Des scientifiques de différentes nationalités ont traversé les océans « pour venir étudier la distribution de la biodiversité marine et notamment celle de certaines espèces d’oursins ». Thomas étudie leur répartition géographique en fonction de certains facteurs physico-chimiques. Puis, avec ses collègues, il construit des modèles de distribution à plus large échelle.

Il est devenu possible d’identifier les variables qui impactent le plus la répartition des espèces. Un exemple ? Certains oursins peuvent très bien s’adapter à une augmentation de la température, d’autres beaucoup moins. En fonction des modalités du changement climatique, on peut imaginer que ces derniers pourraient être amenés à se déplacer, modifiant ainsi les écosystèmes. Mais ils ne sont pas seuls ! De la même façon, d’autres espèces seront étudiées comme les poissons, les étoiles de mer ou encore les patelles.

En fonction des différents scenarii du GIEC, il sera alors possible de prévoir tout un panel de cartes de présence potentielle future d’espèces. De nouveaux chapitres de l’histoire restent donc à écrire…

Retrouvez Thomas au Vi(d)e-labo (et non vide-dressing de combinaisons !) vendredi 28 septembre 2018 sur le parking de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de 18 h à 22 h 30.

« 1001 histoires » : le teaser de la Nuit !

Qu’est ce qui vous attend vendredi à la Nuit Européenne des Chercheurs de Dijon ? </strong

A Dijon, la « Nuit » a 14 ans (déjà) !

La particularité de la Nuit Européenne des chercheurs à Dijon ? C’est une des pionnières en France : 14 ans déjà !
Que disaient les visiteurs de la Nuit en 2008 ? « C’est la seule soirée scientifique de mon année », par exemple.

Les autres réponses sont à découvrir ici : 

   

Et vous, que direz-vous de votre visite à la 2018 Nuit Européenne des chercheur.e.s  à Université de Bourgogne ?
Rendez-vous vendredi 28 septembre pour écrire « votre » Nuit !

Vi(d)e labo : cherchez votre « lampe d’Aladin » à la Nuit Européenne des Chercheurs !

« Dans une ville lointaine vivait un jeune garçon, Aladin, qui possédait un très grand pouvoir magique. Dans sa cave se trouvait une vieille lampe qui pouvait exaucer tous les désirs de celui qui la possédait. Aladin, et Aladin seulement, pouvait se rendre maître du trésor et de la lampe »

Vous reconnaissez sans doute le conte « Aladin et la lampe merveilleuse », des Mille et une nuits. En revanche, savez-vous que les laboratoires regorgent de vielles lampes, mais aussi de vieilles machines, d’ordinateurs et autres objets qui ont une âme et une histoire ?

Machine à étudier les surfaces, combinaison de plongée, objets de recherche médicale, bacs à fouilles… que représentent-ils pour les chercheurs ? Et si, comme la lampe d’Aladin, c’étaient de « merveilleux trésors » ? Se révèlent-ils rapidement obsolètes ? Exaucent-ils tous les souhaits des chercheurs ? Venez le demander aux archéologues, biologistes, physiciens, écologues, paléontologues ou encore experts en matériaux, qui ont vidé leurs « grands sacs à merveilles » !

Alors, « VIDE-LABO » ou « VIE DE LABO » ? À vous de le découvrir sous les grandes tentes du désert installées sur le campus, sur le parking de la MSH (Maison des Sciences de l’Homme) vendredi 28 septembre de 18 h à 22 h 30.

Les chercheurs réussiront-ils à sortir cette belle et grande machine de leur laboratoire pour le « vide labo » ? Suspense… Olivier Heintz, physicien, s’attendrit : « C’est la première grosse machine sur laquelle j’ai travaillé, elle a 30 ans. Ça me fait quelque chose de savoir qu’on va bientôt s’en séparer ! »

 

 

 

 

 

 

 

Olivier Heintz et Valentin Euvrard, ICB – uB. Photo : Coralie Biguzzi.

Suivez-nous sur :